Rencontres proposées par la Fédération des arts de la rue en Île-de-France


mardi 11 décembre 2007 de 18 h 00 à 19 h 30

Quel est le sens de la marche ?

Rencontre avec Sarah Harper, auteur, metteur en scène, co-directrice de Friches Théâtre Urbain et de l’Avant-Rue.

Des rêveries du promeneur solitaire aux grandes marches militantes, la marche est associée à l’activité de la pensée autant qu’aux grandes causes de l’émancipation. Son entrave est aussi significative des seuils symboliques qu’il faut à l’homme franchir pour dépasser sa condition. Tracés des voies, reliefs et fortifications, mais aussi délaissés, zones d’ombres, l’ordonnancement de la ville n’est jamais fortuit et donne à lire une part de l’histoire des relations humaines.

Depuis les explorations artistiques de Stalker, la marche est aussi une expérience culturelle de la ville.
Avancer vers l’inconnu, c’est encore avancer.

C’est en pratiquant son quartier à pied que vient à l’idée de Sarah Harper de collecter les mémoires et les histoires au fil de la N14 entre Paris et Rouen, axe marchand autrefois incontournable, aujourd’hui transfiguré. Avec le projet Witness/N14, Sarah Harper éclaire ce que la marche procure à la recherche artistique et nous livre son interprétation des lieux.

Résumé

Mardi 11 décembre 2007, Sarah Harper nous donne rendez-vous à l’Avant-rue, lieu de résidence qu’elle co-dirige, pour partager avec nous son expérience de la marche dans son quartier et le long de la N14 (qui relie Paris à Rouen).

"Sur les tables sont exposés quelques objets ramassés, offerts ou achetés le long de la route. Chacun d’entre eux nous raconte une histoire singulière. Les invités arrivent peu à peu et déambulent autour de ces trésors insolites.

Après s’être réchauffés avec une tasse de chocolat chaud, nous nous installons autour des tables. Sarah commence alors à nous faire le récit, non pas de la marche, mais de sa marche. Il appartient en effet à chaque artiste de réinventer une manière de marcher et d’expérimenter ainsi son propre parcours. Avec le projet Witness N14 émane la volonté de questionner la mémoire d’une route et de ses habitants. Cette ancienne nationale n’existe plus et avec sa disparition c’est toute une histoire qui tend à s’effacer. Comment l’identité de cette route et des gens qui y vivent s’est-elle morcelée ? Quelle(s) trace(s) demeure(nt) ? Qu’est devenue aujourd’hui la N14 ? Ce sont sans doute ces questions qui ont poussé Sarah à parcourir cet axe à pied. Ce projet cherche avant tout à « marcher la route », à découvrir ce qu’elle est, à se nourrir des rencontres et des témoignages des habitants. Il s’agit donc de prendre le temps et c’est ce qui fait toute la force du projet puisque Sarah arpente cette route depuis plus d’un an. De véritables relations se nouent et sans être de simples prétextes à la création elles viennent alimenter le projet… le regard d’artiste ne vient pas s’imposer aux lieux, bien au contraire, il s’en imprègne.

Sarah évoque donc toutes ses rencontres, tous les évènements qui sont venus ponctuer son expérience « d’artiste marcheuse ». L’essentiel réside dans ce parcours singulier, les propositions artistiques, viendront après, seulement après…

Pour illustrer ses propos, Sarah nous propose de marcher de l’Avant Rue jusqu’à Clichy. Chacun se voit alors remettre une consigne différente ainsi qu’un plan ; le rendez-vous est fixé une demi-heure plus tard Chez Martha, le restaurant haïtien. Nous empruntons donc tous la même route mais avec notre propre regard, notre propre expérience.

"Anaïs : si ça s’appelle "L’Avant Rue", où est la rue ?
Jean : j’sais pas avançons. Le vent nous pousse hors de Paris. On cherche la route.
Anaïs : On est sur la route ?
Jean : Oui mais non ! Non, dans Paris il n’y a pas de routes, il n’y a que des rues.
Anaïs : on est sur "L’Avant Route" alors ?
"

Lorsque tout le monde arrive enfin, nous exposons à tour de rôle notre expérience en dévoilant trouvailles, photos ou croquis. Autour de quelques spécialités haïtiennes, cet échange se révèle aussi riche que la diversité des individus présents."

Aurélie Burger, master 2 "projets culturels dans l’espace public"

A noter : Vous trouverez donc les croquis de Gabriel Hernandez, de Marcel Marange, les notes d’une ethnologue Chantal Delteure de Bruyeker ainsi que les photos des vacances de Marie-Do Fréval sur ce blog : http://witnessn14.canalblog.com/archives/histoire_de_la_route/index.html

Photos

Sarah Harper est auteur et metteur en scène. Avec Pascal Laurent, elle dirige l’Avant-Rue qui accueille en résidence des artistes de toutes disciplines. Actuellement, l’Avant-Rue reçoit un cycle de projets « in situ ». Support de la rencontre, Le projet Witness/N14 de Friches Théâtre Urbain s’inscrit dans ce cycle.

PARIS 17, FRICHES THÉÂTRE URBAIN
134, rue de Tocqueville
Métro Villiers (lignes 2,3) ou Malesherbes (ligne 3)
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accueil | Contacts | Plan du site | Crédits