Rencontres proposées par la Fédération des arts de la rue en Île-de-France


mardi 12 juin 2007 de 15 h 30 à 17 h 00

Peut-on entrer sans frapper ?

Rencontre-promenade avec Marie-Do Fréval, metteur en scène, comédienne et écrivain.

Notre société occidentale a souvent accordé plus d’importance à la forme édifiée de la ville qu’aux relations qui s’y tissent. Pourtant la ville ne peut être perçue comme une entité totalement extérieure à nous-même. Sous les pavés et sous les toits, derrière les façades et les fenêtres, des histoires se tressent et des liens se nouent…

Le récit est-il un passe-partout ? Peut-on et comment traverser les grilles, les volets, les digicodes qui se sont dressés toutes ces années ? Que peut permettre un artiste habité par sa propre ville ?

Implantée depuis nombre d’années dans le 14e et habitée par son quartier, Marie-Do Fréval, metteur en scène et comédienne, construit des histoires avec et pour les gens qui l’entourent. Les balcons et les caves lui parlent, les murs l’envisagent, les gens lui inspirent les rôles. Au fil du temps, la relation des lieux et des histoires forme une cartographie imaginaire que l’artiste nous propose de parcourir, revisitant la hiérarchie de la ville, le plein, le vide, le recto, le verso.

Résumé

Mardi 12 juin, Marie-Do Fréval nous donnait rendez-vous dans le 14e ardt de Paris, pour une excursion dans le quartier où elle a élu domicile et engagé un travail dans la durée avec la Troupe du cabaret feuilleton.

Metteur en scène, comédienne et écrivain, Marie-Do Fréval est implantée depuis nombre d’années dans son quartier. Elle en connaît les moindres recoins et les petits secrets, ses histoires d’hommes et de lieux. À force d’observation, de discussions et de travail avec les habitants et les acteurs locaux de la ville, elle est parvenue à tisser des liens étroits avec eux. Se promener avec elle dans le 14e, c’est entrer chez elle, sans frapper.

Ces liens étroits et cette connaissance du quartier lui permettent de tisser des histoires à partir de la parole des gens, de la plus personnelle à la plus universelle. Des anecdotes, de l’histoire et des mutations des lieux, elle puise son inspiration. Son environnement lui inspire des fils dramatiques. Le spectacle Gare-Gare monté avec la troupe du Cabaret Feuilleton s’est ainsi construit à partir d’entretiens avec les habitants du quartier dans le cadre de groupes de parole imaginaire.

Ces récits, avec et pour les gens du quartier, sont créateurs de liens. Et c’est bien là in fine le but recherché : délier les langues pour lier les mots, partir de l’intime pour faire naître une parole publique, créer toujours plus de points de contacts et de passages, permettre les échanges et les influences, rendre les frontières poreuses. Les propositions artistiques de Marie-Do Fréval sont une forme de résistance à l’enfermement, au chacun pour soi, à la privatisation de l’espace public. Raconter des histoires lui permet de maintenir les grilles ouvertes, de déraciner les épineux, de croiser les regards et les paroles.

Citations

« Je n’ai pas de trousseau de clés, je ne suis pas la tenancière du quartier, mais si je veux ouvrir une grille, je connaîtrai toujours quelqu’un pour m’aider ».
Marie-Do Fréval, Place Séoul

« Ce n’est pas un hasard si le Musée de la Libération de Paris se trouve dans le quartier Montparnasse à la lisière du 14e arrondissement. Le 14e a une mémoire de lutte impressionnante, ce quartier a porté des grands mouvements de résistance. Cette réalité s’exprime encore aujourd’hui chez les habitants du quartier. Les lieux portent leur histoire, gardent l’empreinte du passé ».
Marie-Do Fréval, Musée de la Libération

« On a besoin de mots, les mots nous réunissent. Je cherche chez les gens de vrais mots. Des petits actes poétiques qui sont laissés au vent comme les feuilles des arbres, il faut juste les ramasser ».
Marie-Do Fréval, Musée du Montparnasse

« La parole des habitants est ma source d’inspiration. Quand je récolte leur parole dans la rue, les cafés, les caves ou les groupes de parole imaginaire, je conclus avec eux un pacte d’anonymat. Ils me font don de leur intimité, ils cheminent avec moi dans le processus de création. Je crée une parole commune à partir de leurs mots. L’idée n’est pas qu’ils s’identifient aux personnages du récit, l’intention est de dépasser l’individuel pour faire circuler les histoires entre tout le monde ».
Marie-Do Fréval, Musée du Montparnasse

Photos

Au sein de la cie Catherine Hubeau, Marie-Do Fréval fonde la Troupe du Cabaret Feuilleton qui crée des spectacles de rue depuis 2003 à partir de la parole des habitants et de la vie du quartier, tout spécialement dans le 14ème arrondissement où la compagnie est implantée.

Paris 14
Métro 13 Pernéty
Rendez-vous angle rue Pernéty et rue Raymond Losserand
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accueil | Contacts | Plan du site | Crédits